18 septembre 2019 - Le lien entre dopamine, biscuits et apprentissage


Voilà une situation qui vous dira peut-être quelque chose. Il est 16 h. Vous êtes au travail, bien occupé, vous finissez d'écrire un email et cliquez sur "envoyer". Une tâche est terminée, et il y a, bien sûr, d'autres tâches qui vous attendent. Ce moment entre deux tâches est juste assez long pour que vous réalisiez deux choses : une, vous êtes fatigué et deux, la journée de travail n'est pas finie. Et comme par hasard, il y a des biscuits ! Youpi !!

"Qu'est ce que cela peut bien avoir à faire avec l'apprentissage, Clare ?" me demandez-vous. "Pourquoi m'as-tu amené à la cuisine pour manger des biscuits ?" Et bien, quand nous sommes capables de comprendre les composants d'une habitude, nous pouvons les reconnaître, et alors nous pouvons les adapter pour nous aider pour parvenir au résultat escompté, y compris développer de bonnes habitudes d'apprentissage.

Une habitude est faite de quatre ingrédients : un déclencheur, un désir, une action et une récompense. Dans notre exemple de biscuit, le déclencheur est la pause entre les tâches combinée à l'identification de la fatigue. Le désir est d'avoir suffisamment d'énergie pour aller jusqu'à la fin de la journée de travail. L'action est de se mouvoir jusqu'à la cuisine et la recherche de quelque chose à manger. Et la première, deuxième ou dixième bouchée de biscuit est la récompense : vous satisfaites ce désir.
...(read more)

26 janvier 2018 - Apprendre l'allemand avec Beyoncé


J'avais promis de donner des nouvelles de mes aventures concernant l'apprentissage de l'allemand mais Noël s'est mis en travers du chemin. Arg !

Tout va bien, cependant. J'ai commencé à utiliser l'application Duolingo fin novembre et je suis en ce moment sur une phase de 37 jours, ce qui veut dire que je me suis entraînée tous les jours sur cette période. J'ai dû passer 5 à 10 minutes chaque jour à faire les exercices et je les retravaille régulièrement pour garder le vocabulaire vivace.

Certains mots et structures grammaticales sont assez faciles à comprendre, surtout quand il y a des similarités évidentes entre l'anglais et l'allemand. D'autres sont plus compliqués. Nous n'avons pas d'articles genrés en anglais et cela m'a posé toutes sortes de problèmes dans l'apprentissage du français. Je fais encore des erreurs très basiques pour choisir entre une et un, la et le. Quand j'ai réalisé que je devais les apprendre en allemand, j'ai cherché une méthode pour m'aider à retenir l'article correspondant à chaque mot. Grâce à Google, j'ai trouvé learn-german-smarter.com et le rédacteur suggérait une méthode de Akkis Coskin, un professeur d'allemand basé en Turquie, méthode qui utilise des techniques visuelles pour lier l'article et le nom.
...(read more)

30 novembre 2017 - Je survivrai… en Allemagne #1 !


Je suis allée en Allemagne pour la première fois il y a deux semaines. C'est un peu embarrassant à admettre dans la mesure où je vis à 50 km de la frontière et qu'il m'a fallu HUIT ans pour enfin me décider à la traverser. J'étais assez enthousiaste, cette visite allait me permettre de rencontrer une amie et collègue pour la première fois en dehors de rencontres sur Skype et j'adore voyager.

Aussitôt que je suis montée dans le train à Strasbourg cependant, j'ai réalisé que je m'aventurais sur un terrain inconnu, et inconnu de plus d'une façon. Au-delà de bitte et danke, je ne connais pas l'allemand du tout. D'accord, je connais aussi eins, zwei, drei et bis bald. Et également, aléatoirement, que Wald veut dire forêt et Brot, pain. En résumé, mon vocabulaire en allemand se limite actuellement à 8 mots.

Cela n'a pas vraiment posé de problème lors de ces deux jours. Mon amie Maribel parle couramment l'allemand et quelques serveurs ou réceptionnistes à l'hôtel étaient habitués aux touristes et donc parlaient un peu anglais, quand je me trouvais à court de mots. Mais une fois Maribel repartie j'avais quelques heures à tuer avant de prendre mon train pour retourner à la maison, et mes limites sont devenues très claires.
...(read more)

31 octobre 2017 - Vaincre facilement la pensée du "tout-ou-rien" en trois étapes


Il est facile de se laisser happer par la théorie du "tout-ou-rien". On se donne un nouvel objectif : écrire un blog tous les mois, courir 5 km trois fois par semaine, manger des légumes à chaque repas, écouter davantage de podcasts dans une langue étrangère, et puis... la vie se met en travers. On est trop occupé au travail, on attrape un rhume ou on se foule une cheville, la météo devient horrible, les podcasts deviennent moins intéressants et nos plans tombent à l'eau. On décide de recommencer avec la même résolution et on rencontre de nouveaux obstacles. Cela peut arriver encore et encore jusqu'à ce qu'on se sente complètement démoralisé. C'est si difficile de faire des progrès. C'est si difficile d'opérer un vrai changement !

Les coachs ne sont pas immunisés contre ce phénomène. Au début de l'année, je m'étais fixé l'objectif à long terme de faire un post par mois sur ce blog. En août, j'annonçais que mon post suivant en septembre serait sur le Neurolanguage Coaching®1. Cela ne s'est pas fait. Le Neurolanguage Coaching®1 est très intéressant et je voulais que ce soit un SUPER post. De retour au travail après les vacances d'été, je n'ai pas trouvé le temps d'élaborer et d'écrire le super post de septembre. Je n'ai donc pas écrit de post du tout. Je me suis sentie coupable. J J'avais le sentiment d'avoir échoué. Et quand j'ai regardé à mon agenda d'octobre, j'ai pensé "Où vais-je trouver le temps de faire ce super post ? Et si je n'arrivais pas à trouver le temps ?"

Vous voyez ? J'avais aggravé le problème. En m'inquiétant sur mon incapacité à atteindre mon objectif, en ruminant, j'ai gâché beaucoup d'énergie mentale qui aurait pu servir à… oh je ne sais pas, faire quelque chose d'utile ! Écrire sur quelque chose d'autre !
...(lire la suite)

15 août 2017 - Le coaching en langue, c’est quoi ?


Il y a encore deux ans, quand quelqu’un me demandait quel était mon métier, je disais "professeur d’anglais". Aujourd’hui, je réponds "coach en langue"*. De nombreux enseignants en langue et en communication ont opéré le même changement mais pour des raisons différentes ; certaines des ces raisons ne vous procurent aucun bénéfice en tant qu’apprenant en langue.

En tant qu’apprenant, par conséquent, il est important de comprendre ce qu’est le coaching en langue et en quoi il est différent de l’enseignement d’une langue.

Tout d’abord, attardons-nous un peu sur le coaching. Faites un tour dans un kiosque à journaux ou un magasin de presse aujourd’hui et je vous garantis que vous verrez le mot "coaching" sur au moins une couverture de magazine. C’est juste que le coaching est « in ». Les magazines vous proposent de vous coacher en affaires, en amour, en maternité, en fitness et nutrition, en immobilier, en style... Et pourtant, un article de magazine ne peut pas vous coacher. Aucun de mes articles de blog ne peut vous coacher. Les textes contiennent des informations et des conseils, mais le coaching est fondé sur un dialogue constant entre le client et le coach.

Un client qui veut être coaché a une certaine idée de ce qu’il veut réaliser : cela peut être perdre du poids, rafraîchir une garde-robe, booster une carrière, ou apprendre une langue. Un client de coaching doit également être la personne qui décide comment atteindre son but.

Un authentique coach doit se préoccuper davantage de l’écoute, la compréhension et l’aide à la décision qu’il peut apporter à un client que de fournir un conseil. Un authentique coach en langue est là principalement pour soutenir et guider le client dans son propre voyage d’apprentissage de la langue.
...(lire la suite)

21 juillet 2017 - Londres : pour les amoureux de la langue


Des clients me parlent souvent de leur intention de visiter Londres pour améliorer leur anglais. Je les encourage avec enthousiasme à aller au bout de cette idée, Londres est un endroit merveilleux à visiter. Si le but du client est vraiment d'améliorer ses compétences en anglais, nous regardons ensemble comment tirer le meilleur parti de leur voyage. J'adore visiter des villes sur un long week-end. Cependant, je sais qu'il est tout à fait possible de le faire sans parler plus qu'une poignée de mots dans le langage natif.


Quand j'ai visité Paris toute seule pour la première fois, il y a neuf ans, je me suis habituée très vite au Monoprix, l'équivalent des magasins d'alimentation britanniques M&S, où le seul mot français vraiment nécessaire est "bonjour". Tous les comptoirs des musées et des galeries présentaient un drapeau britannique ou un signe déclarant "ici on parle anglais", il était donc facile de ne faire aucun effort. La même chose est vraie à Londres pour les attractions touristiques. Ajoutez à cela le fait que les galeries et les musées Londoniens tendent à développer les cafés et restaurants self-service : vous n'aurez guère besoin de dire davantage que "A black coffee, please".


Voici quelques idées pour tirer le meilleur parti de Londres si vous voyagez de façon indépendante.
...(read more)

8 juin 2017 - Lire n'a pas à être une épreuve !


Dans mon dernier post, je suggérais comment pourriez utiliser efficacement les films et séries en langue étrangère dans le but d'améliorer vos compétences en langues. Dans celui d'aujourd'hui, je m'attaquerai à certains conseils, fréquemment donnés, sur la lecture, et suggérerai comment vous pouvez améliorer vos compétences en lecture de manière agréable..


Lisez des livres en version originale.

Ce conseil pourrait effrayer ceux que sont d'avides lecteurs dans leur langue maternelle. Ils pensent que ce serait trop difficile parce qu'ils n'ont pas suffisamment de vocabulaire et que cela transformerait un passe-temps relaxant en corvée. L'astuce est d'essayer et la règle la plus importante est de lire quelque chose que vous avez envie de lire ! Voici quelques suggestions pour faire de la lecture un plaisir dans votre langue cible.


Start simple. J'ai commencé avec les Monsieur Bonhomme de Roger Hargreaves parce qu'ils étaient disponibles, dans la maison de mon compagnon. Cela m'a conduite au « Petit Prince » d'Antoine de Saint-Exupéry et maintenant je m'attaque à la série d'Erik Orsenna qui commence avec «La Grammaire est une Chanson Douce». Dans les pays anglophones, la littérature pour enfants est très respectée, combinant souvent une écriture simple et des histoires intrigantes.
...(read more)

10 avril 2017 - Comment changer un mauvais conseil en bon conseil


Les conseils sur l'apprentissage d'une langue ne manquent pas. Mais ils sont souvent formatés, et ne prennent pas en compte nos préférences personnelles en matière d'apprentissage. Au cours des mois qui viennent, je proposerai différents biais pour permettre de personnaliser quelques un des conseils les plus courants et ainsi de les rendre adaptés à chacun. Car plus nous parviendrons à aller dans ce sens, plus notre apprentissage sera efficace et agréable.


"Regardez des films en version originale"

Très bonne idée. En théorie. Le film moderne moyen dure environ deux heures. Maintenir le niveau de concentration nécessaire pour comprendre un film dans une langue étrangère pendant deux heures requiert beaucoup d'énergie mentale. Ajoutez à cela le fond musical, les différents accents et articulations des acteurs, quelques fois un usage lourd de l'argot ou un langage spécifique au contexte et votre cerveau risque de se sentir sur-utilisé. Ce n'est pas une mauvaise chose – en fait c'est même très bien – mais c'est quelque chose que vous pourriez ne pas vouloir ou pouvoir faire fréquemment au début.


Donc, comment pouvez-vous augmenter vos capacités de visionnage de film ?

Tout d'abord, si vous en avez déjà fait l'expérience, vous avez probablement remarqué qu'il y avait des moments où vous perdiez complètement le fil, et où la langue parlée devenait un fouillis de sons. Cela est très probablement dû à une surcharge d'information. Des études en neuroscience suggèrent que nous avons une sorte d'interrupteur dans notre cerveau qui coupe notre aptitude au traitement de l'information quand elle atteint un niveau de saturation.
...(lire la suite)

28 février 2017 - Qu'est-ce que la musculation m'a appris sur l'apprentissage des langues


Je me dois de faire une confession : j'ai parfois vraiment du mal à assimiler. Il y a des vérités fondamentales que j’ai mis trèèèèèès longtemps à comprendre. Je me limiterai ici à mes deux idées fausses les plus basiques, sinon cela va se transformer en un très long article et je vais finir par me convaincre qu'il n'y a finalement que la thérapie comme réponse. Pour cela je vais aborder deux sujets : être en forme et le rester, et apprendre une nouvelle langue. Et accessoirement comment les leçons de l'un peut vous aider à progresser dans l'autre.

Comme je l'ai dit plus haut, il m'a fallu longtemps pour réaliser que changer de mode de vie et de niveau de forme ne signifiait pas nécessairement pas avaler de l'eau chlorée longueur après longueur, faire de longues courses dans la boue ou suivre des cours d'aérobic frénétiques dans des gymnases à l'éclairage aveuglant. Comme aucune de ces options ne m'attirait, je me bornais à faire régulièrement de longues promenades et à me demander pourquoi je ne semblais pas en récolter un quelconque bénéfice physique. Quand j'ai décidé il y a quatre ans de faire un effort plus concerté en matière d'exercice physique, je me suis engagée sur un programme de coaching en musculation. Je n'avais jamais essayé avant. C'est maintenant devenu une activité régulière, trois fois par semaine, mais aussi un processus d'apprentissage impressionnant par-dessus le marché.

Il ne m'a pas fallu moins de temps pour me rendre compte que je pouvais, de fait, apprendre une deuxième langue. Rebutée par mon expérience scolaire, je m'étais résignée à considérer qu'apprendre le français était au-delà de mes forces. Comme pour d'autres langues, mes efforts ne dépassaient jamais les trois premières semaines. Ensuite, un Français est apparu dans le tableau, suivi d'un déménagement en France. Apprendre le français est devenu une nécessité.

Il est vrai que vivre dans un pays où tout le monde parle la langue aide énormément. Vous êtes enveloppé par elle. Il y a une offre illimitée de stimuli et d'exemples et oui, un apprentissage de la langue semble avoir lieu par osmose. Cependant, selon mon expérience, l'apprentissage osmotique ne permet pas de dépasser un certain stade. Quand j'ai voulu passer au niveau supérieur, j'ai dû travailler avec plus d'engagement.

Quelle qu'en soit la raison, changer votre niveau de forme physique ne se fait pas du jour au lendemain. C'est un processus long et lent, il y a des hauts et des bas dans la motivation. C'est pourquoi «fitspo» - l'inspiration fitness – est vraiment quelque chose d'intéressant. Pour ne pas renoncer, nous devons trouver des mantras qui nous aident à nous présenter régulièrement à l'entraînement. Voici quelques-uns de mes préférés, avec les liens que l'on peut trouver avec l'apprentissage d'une nouvelle langue.
...(lire la suite)


30 janvier 2017 - Trouver votre pourquoi apprendre une langue


Dans le dernier billet, j'abordais les façons de faire en sorte qu’une résolution sur l'apprentissage d'une langue devienne réalité. Nous savons bien que parvenir à des améliorations réelles et durables prend du temps. Ainsi aujourd'hui je voudrais voir comment nous pouvons ensemble renforcer votre résolution. Et nous allons examiner de plus près votre but pour placer la résolution au premier chef.

Souvent, quand nous faisons une résolution du Nouvel An, nous l'énonçons comme une affirmation. "En 2017 je prends soin de ma santé", "Je vais être capable de parler couramment anglais", "Je vais cesser de fumer".

Ce sont de belles intentions.

Si nous sommes prêts à examiner un peu plus en profondeur pourquoi nous exprimons ces intentions, cela va aider à les concrétiser. Si nous pouvons trouver et exprimer nos raisons profondes de faire quelque chose, nous aurons également des sources profondes de motivation. Cela facilite la transformation de l'intention en réalité, et permet de persévérer, de trouver du temps pour nous entraîner, et de résister aux aliments trop riches ou à une cigarette.

Un outil appelé "les 5 pourquoi" peut être très utile pour dévoiler ce que nous attendons vraiment de nos intentions. Comme son nom l'indique, il consiste à poser cinq questions commençant par "pourquoi".

Voici de quoi une conversation pourrait avoir l'air pour quelqu'un qui pris cette résolution "Je veux améliorer mon espagnol".
...(lire la suite)


10 janvier 2017 - De la résolution à la réalité


D'accord, donc 2017 va être pour vous l'année où vous améliorerez vraiment vos compétences en langues. Vous vous imaginez discutant confortablement avec de nouveaux amis ou charmant la personne au guichet de l'aéroport pour être surclassé sur votre vol long-courrier. Ou peut-être révez-vous de briller lors de cet entretien d'embauche vital - votre interlocuteur (ne souriant pas mais c'est normal) hoche la tête, manifestement impressionné par vos réponses.

C'est alors que la réalité se rappelle à vous. Maintenant il vous faut passer de l'intention à l'action.

Vous pouvez avoir de la chance. Il se peut que vous ayez accès à une excellente (quoiqu'à prix raisonnable) école de langues tout près, avec un cours correspondant à votre niveau, programmé à une heure adaptée chaque semaine. Une bonne classe avec un professeur expérimenté et des camarades de cours motivés, difficile de trouver mieux.

Cependant, même la meilleure des classes est limitée dans ce qu'elle peut apporter. Vos chances de faire de rééls progrès dépendent de votre niveau d'investissement. Il vous faut être dans le siège conducteur pour ce voyage.

Voici quelques idées pour augmenter vos chances de succès dans l'apprentissage d'une langue.
...(lire la suite)